Partagez | 
 

 [X] I need you like a breath [Kim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kim Town
Proud, Strong and Free Mind
avatar

Messages : 1383
Date d'inscription : 02/08/2010
Age : 35
Emploi : Secouriste



Anarchy On Me
Titre: Princess Of Charming ^^
Distinctive:
Tatoo:


MessageSujet: Re: [X] I need you like a breath [Kim]   Sam 18 Déc - 1:54

Kim estimait que si Duncan lui devait la vérité et la fidélité par rapport à leur couple, il ne lui devait rien par rapport au club, d’autant plus que leur relation était encore bien jeune et qu’elle trouvait normal qu’il ne lui fasse pas totalement confiance. C’est pour ça qu’elle n’avait pas posé de question, ça n’était pas son genre d’essayer de tirer les vers du nez aux gens sauf quand elle estimait qu’elle devait savoir et qu’elle pourrait éventuellement aider la personne si cette dernière lui parlait de ses problèmes. Parfois le silence est plus parlant que les mots, parfois, un simple câlin, une caresse, valait mille mots de réconfort. Mais il avait choisi de parler et elle était contente qu’il lui fasse confiance et ce genre de règlement de compte n’était pas ce qui gênait la brune dans les activités du club, c’était toujours dur d’en arriver là, même s’il le fallait, même dans de telles circonstance et pour des raisons que même le doc trouvait justes, tuer un membre du club était un déchirement, comme tuer un frère, même si en l’occurrence ce faux frère avait trahit le club.

Pour toutes les fois où son père avait tué des balances, au sein du MC rarement, mais les balances ne manquaient pas en ce bas monde hélas, elle reconnaissait ce regard, celui de l’homme qui vient d’ôter la vie à un autre homme en qui il avait confiance, un mélange de rage et de culpabilité. Évidement elle n’en avait jamais parlé avec Sam, elle était bien trop jeune pour mettre des mots sur ce qu’elle voyait, mais à chaque fois il embrassait Moly et les deux petites se jetaient sur lui pour lui faire des câlins, comme si dans ses moments là seule la famille pouvait faire passer cette boule dans la gorge. Pour tout ce que la vie du club impliquait, pour le fait que ce MC était aussi l’enfant de son propre père et qu’en tant que tel elle ne pouvait pas le trahir, même avant d’être avec Duncan, pour les gens que les Sons protégeaient, les membres et leur famille, elle ne pouvait accepter qu’on le balance aux flics et même si elle n’aimait pas qu’on tue, elle ne pouvait imaginer d’autre solution. Et vu la douceur du baiser qu’ils échangèrent alors, elle ne pouvait imaginer que cet homme tue par plaisir. Elle acceptait la violence du MC car elle aimait l’idée qu’on ne touche pas au club sans en payer le prix, elle était elle-même comme ça dans la vie…

Wow, la question lui donna un frisson dans le dos, étrange, vraiment, encore plus que tout ce qu’ils s’étaient dit avant, cela lui rappelait que leur relation qui semblait donc être sérieuse impliquait une vie de couple, était-ce un frisson de peur ? Pas du tout, étrangement ça l’excitait de s’imaginer avec Duncan au quotidien. Évidement c’était un peu flippant, si vite, de se voir ainsi, mais après tout elle était sûre d’elle. Par contre, cette question la fit aussi penser à la dernière fois qu’elle avait fait ça, la cuisine pour un homme, c’était il y a plusieurs années maintenant, et tout sentiment avaient disparut pour celui avec qui elle avait vécu alors, mais en y repensant, une légère crainte que ce qui s’était passé ne se reproduise. Peu importait, même si le risque que ça se termine dans les cris et les larmes était toujours présent, elle voulait bien courir le risque avec lui, tout comme elle acceptait de courir le risque de faire partie du club. Elle mit donc un peu de temps à répondre et dit sur un ton un peu triste.

« Ça faisait longtemps que je l’avais pas fait pour un homme… »

Elle soupira brièvement puis se retourna vers lui avec un sourire, le souvenir de cette blessure n’était pas agréable mais c’était du passé et ce passé n’interférait pas dans sa vie avec Mister Président. Voila c’était dit, il y a longtemps, point barre, strictement rien à ajouter même si c’était sa première et dernière expérience de vie de couple, c’était bel et bien terminé et elle avait passé les moment où l’on se dit et si, si j’avais, si il avait, si nous avions, aurait-ce été possible ? Nan, si ça n’avait pas marché, c’est qu’il y avait un problème et quel qu’il soit, elle ne voulait rien changer et ne regrettait ni de l’avoir connu ni de l’avoir perdu de vue.

« Je le fais presque tous les jours pour ma sœur cela dit, mais c’est pas tout à fait pareil, je suis contente de le faire pour toi ce soir, même si tu m’excuseras, c’est vite fait, je fouillerais tout tes placards une autre fois… »

Elle se tourna de nouveau pour surveiller les patates, elle avait sortit la viande mais attendais car elle n’imaginait même pas qu’on puisse aimer le bœuf autrement que saignant. Elle fit sauter les pommes de terre dans la poêle avec dextérité pour les retourner et faire dorer les autres faces.

« J’aime bien manger et du coup c’est toujours un plaisir de faire la cuisine, même si quand je mange seule je fais ma flemmarde. Par contre, si tu comptes faire un régime anti-cholestérol ne comptes pas sur moi. »

Elle se retourna à al fin de sa phrase vers Duncan avec un petit sourire complice. Il fallait espérer qu’il ne lui demande jamais d’enlever toute matière grasse de ses plats parce que son truc c’était le beurre et la crème fraiche, probablement ses origines celte, parfois l’huile d’olive, et elle exécrait tout les trucs allégés d’autant qu’elle savait ce qu’il y avait dedans pour la texture… humhum. Elle réfléchissait à ce qu’elle aimait quand il reprit pour parler de Tim alias Mad Dog qu’évidement la belle ne connaissait pas, même de nom, elle connaissait surtout les anciens membres les vieux et les membres de White Rock, mais les autres, pas du tout.

« Ah putain de merde, elle est morte ? Merde »

Ben oui, "perdu", Kim en avait conclu à la va vite que la femme de cet homme dont parlait le sien était morte d’une manière ou d’une autre. Comment aurait-elle pu s’imaginer que celle-ci l’avait quitté et qui plus est trompé. Et la pauvre puce qui risquait de ne plus voir son père… La jeune femme était vraiment désolée, et même si l’idée qu’elle pouvait l’aider ne lui était pas encore passé par la tête, elle était profondément touchée par cette histoire. Déjà la prison ce n’est pas une partie de plaisir mais si en plus à sa sortie on a tout perdu, c’est vraiment la merde.

Les patates étaient maintenant presque cuites, elle alluma donc le grill et attendit qu’il soit bien chaud pour y déposer la viande. Elle sortit une assiette et des couverts, et chercha le poivre et le sel dans les placards hauts à côté de la plaque, c’était la logique qui voulait que les assaisonnements soient près du poste de cuisson nan ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duncan McGee
The Chosen One
avatar

Messages : 276
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 37
Emploi : Président de MC



Anarchy On Me
Titre: Président de Sam Cro
Distinctive:
Tatoo:


MessageSujet: Re: [X] I need you like a breath [Kim]   Jeu 6 Jan - 7:14

Duncan avait déjà vécu tout ça. Il avait déjà partagé sa vie au quotidien avec une femme, la première qu’il ait aimé, et la seule jusqu’à Kim… Pourtant les souvenirs de cette époque lui restaient relativement diffus, comme si il avait cherché à effacé inconsciemment ou non ces années. L’homme avait souffert de cette rupture oui, mais le temps avait fait son œuvre et depuis qu’il avait redémarré une nouvelle vie à Charming et dans le club, cette période et ce passé ne comptait plus. Seul l’héritage de son nom restait importait pour lui. Le reste n’était qu’ombre. Sam Cro et Kim étaient la lumière... Duncan ne disait pas que cela ne comptait pas mais ça n’avait plus aucune espèce d’incidence sur sa vie actuelle et l’avenir devant lui. Devant eux… Car incontestablement, c’est bien un avenir qu’il imaginait avec cette femme en train de s’afférer sous ses yeux à la cuisson de pommes de terre, non sans une certaine habileté qui lui tira un petit sourire. Ils n’en étaient qu’au début de leur relation et apprenaient encore à s’apprivoiser, mais cette chose… cette petite étincelle… déjà, se sentait…

Savoir si elle avait déjà cuisiné ou non pour un autre homme ne constituait donc qu’un détail, une anecdote. Duncan n’y prêtait aucune importance et avait posé la question plus par curiosité et soucis de conversation que par réel intérêt de réponse. Celle que lui donna Kim resta vague et évasive, attirant toutefois son intrigue dans le ton, mais l’homme n’y revint pas. Si elle ne voulait pas lui en parler, alors ils n’en parleraient pas, Duncan n’insisterait pas. De la même manière que s’il n’avait pas voulu lui parler de ce qu’il avait fait ce soir, il n’en aurait pas parlé, même si les deux choses étaient bien différentes… Quoi qu’il en soit, la jeune femme semblait avoir le coup de main et donc l’habitude de cuisiner, ce qui n’était pas pour lui déplaire après tout. Le Son continua de la regarder faire sans en perdre une miette en fumant son cigare et sirotant son scotch et esquissa un fin sourire à sa remarque sur le régime. Duncan n’était pas vraiment du genre à se priver ou faire attention non plus…

Certes, il entretenait son corps et la forme, la tonicité des muscles qu’il s’était bâtit au fil des années mais c’était bien là sa seule chose. Quoi qu’il en soit, l’idée de la sortie prochaine de Mad Dog lui vint à l’esprit et naturellement de la fête que Duncan allait organiser pour son retour dans le club. Les poules s’occupaient bien souvent de la cuisine et des soucis… logistiques mais Kim pourrait également très bien le faire puisqu’elle serait sans aucun doute très prochainement reconnue comme l’officielle du président. Après… Les histoires de femmes entre officielles et poules, Duncan les laissaient régler ça entre eux et ne doutait pas de la capacité de sa femme à se faire respecter au vu de ce dont il avait pu être témoin à la soirée d’il y a une semaine et de ce tempérament… celte. Encore fallait-il qu’elle soit partante et motivée à participer voir organiser cette fête à venir, ce à quoi Kim ne répondit pas. Un quiproquo s’installa dans ses dires concernant un détail sans importance que l’homme avait glissé sans que cela ait la moindre importance.

« Non… Ils ont divorcés… Ou ils vont je sais plus… Enfin elle l’a quitté. Bref on s’en fou… » répondit-il.

Façon de parler bien sûr. Les problèmes d’un homme de Sam Cro étaient les siens et Duncan ferait tout pour aider Mad Dog s’il en avait besoin mais ce n’était pas là l’intérêt de la remarque qu’il avait soulevé. Du coup, le Son n’y revint pas non plus et oublia l’idée de lui reproposer d’organiser sa fête, plongeant dans des pensées qui le ramenaient à sa propre expérience, quelque peu similaire. Sa première compagne l’avait également quitté lorsqu’il était partit pour cinq ans à Lompoc après avoir été témoin du lynchage qu’il avait commis sur ce type sous ces yeux… Même si Duncan n’était pas marié et n’avait pas eu d’enfant avec elle, il en garderait un certain goût amer… Et si cela devait se répéter ? Si un jour, il devait repartir derrière les barreaux… Est-ce qu’il supporterait que Kim ne l’abandonne à son tour ? Sans doute pas… Pas deux fois… Pas avec une femme qu’il aimait plus qu’il n’avait aimé la première et n’importe qui auparavant…

Le président s’efforça de dissiper ce scénario catastrophe de son esprit et s’y aida avec une dernière bonne gorgée de scotch qu’il termina d’une traite avant de se reconcentrer sur Kim. Il aimait tellement la regarder… Elle était… Gracieuse. Une femme dans toute sa splendeur et ce depuis le premier jour où ses yeux s’étaient posés sur elle. Non, ces yeux ne pouvaient pas se tromper… C’était bien elle. Celle qu’il avait attendue et qu’il était destiné à aimer. Duncan se leva du tabouret sur lequel il était assis et écrasa le reste de son cigare pour faire le tour de l’îlot de cuisine qui les séparait, venant se mettre à côté d’elle et se poser fesses contre le rebord de l’évier.

« Je vais parler de toi au club… très bientôt… te présenter... officiellement. » glissa-t-il avant d’hocher légèrement la tête sur le côté et de croiser les bras pour continuer. « Ca veut dire que… Enfin tu étais déjà la bienvenue avant mais… C’est chez toi maintenant. »

Bon difficile de faire plus clair. Elle était son officielle. L’officielle du président. Le club était leur royaume et elle avait tout droit dans celui-ci. Image simple et résumée mais juste. Elle était une fille d’un des membres originel, ce qui lui donnait déjà un nom, maintenant elle avait un statut. Un moyen détourné pour en revenir à la fête ? Une occasion oui, aussi. Après tout peut-être que Kim prendrait d’elle-même l’initiative de l’organiser, ce qui ne l’étonnerait pas. Ou peut-être pas. Peu importe après tout, le message a lui faire passer était surtout qu’elle avait maintenant des droits légitimes et non pas des devoirs. « Tu es libre d’y venir et de faire ce que tu veux… » ajouta tout de même Duncan en retrouvant un fin sourire complice aux lèvres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Town
Proud, Strong and Free Mind
avatar

Messages : 1383
Date d'inscription : 02/08/2010
Age : 35
Emploi : Secouriste



Anarchy On Me
Titre: Princess Of Charming ^^
Distinctive:
Tatoo:


MessageSujet: Re: [X] I need you like a breath [Kim]   Ven 7 Jan - 19:53

Kim aimait profondément faire plaisir aux gens, surtout évidement les gens qu’elle appréciait d’une manière ou d’une autre, mais même un touriste lui demandant son chemin obtiendrait une réponse accompagnée d’un sourire. Car si elle était sauvage et ne se laissait pas marcher sur les pieds, elle était aussi serviable et généreuse ne comptant jamais pour ses amis et présente pour parler comme pour se taire quand il le fallait. Vous n’imaginez même pas le plaisir qu’elle éprouvait à faire à manger à Duncan tout en lui montrant ce talent qu’elle avait pour la cuisine, consciente que ça n’était pas le plus important mais un petit plus et en espérant que cela compenserait quelque peu son côté bordélique. Elle aurait bien aimé être parfaite, mais elle ne l’était pas, elle connaissait ses défauts comme ses qualités et après tout, elle ne changerait pas sa nature profonde donc le but était de faire accepter ses défauts et de faire aimer ses qualités, pas de cacher quoi que se soit vu que la nature revient toujours au galop. Quoi qu’il en soit, cette côte de bœuf et ses patates représentaient en quelque sorte une nouvelle manière d’entériner leur relation, de la rendre sérieuse et pérenne et elle s’appliquait comme si tout reposait la dessus.

La jeune femme n’avait vraiment pas envie de parler de sa première et dernière grosse rupture. Elle n’avait pas envie de raconter à Duncan ce passé douloureux bien qu’elle ait totalement digéré l’affront et qu’aucun sentiment ne venait la déstabiliser lorsqu’elle y pensait, elle n’avait pas envie de lui dire qu’elle avait aimé un autre homme, et encore moins que celui-ci l’avait trompé et laissée pour une autre. Bien sûr, il n’était pas dupe, il n’était pas le premier, mais elle refusait que l’autre imbécile de médecin ne redevienne important pour elle comme pour l’homme de sa vie, le seul et l’unique ! Elle répondit sans trop s’étendre sur la question, d’ailleurs, elle ne voulait rien savoir sur les ex du jeune homme, elle voulait partir comme s’il n’y avait qu’eux et leur monde actuel, comme si aucun passé ne venait assombrir cette puissante lumière qui éclairait sa vie après tous les moments difficiles qu’elle avait traversé, l’amour, l’espoir, l’impression que tout était possible de nouveau et que l’existence était belle et douce, la peur, la mort, le chagrin était bien loin maintenant.

Il y avait ce courant qui passait entre eux, cette attirance ressentie dès le premier regard et qui n’avait cessée de se confirmer à chaque pas qu’ils faisaient ensemble depuis leur rencontre. Au lit - ou sur un bureau – cela s’était exprimé tout de suite et passionnément. Mais malgré leurs caractères bien trempés à tout les deux, ils arrivaient à trouver ce terrain d’entente si particulier, un endroit où ils étaient seuls au monde, lieu qui les réunirait quoi qu’il arrive, lieu où rien ne pouvait les atteindre, place commune de leurs deux cœurs qui s’accordaient déjà si bien alors que l’ombrageux Duncan n’avait d’égale que l’indomptable Kim. Dans ses conditions, leur relation aurait pu durer cinq minutes comme une heure, mais une semaine ? Et pourtant cela faisait plusieurs heures qu’ils étaient ensemble, rien que tous les deux et tout se passait pour le mieux chacun apprenant à se connaître et à composer avec l’autre. Parfois elle se retournait un peu pour lui jeter des sourires comblés et taquins profitant pour le regarder un peu. Et encore une fois lorsqu’il lui parla de Tim jusqu’à ce qu’elle réponde à Duncan :

« Putain, merde… »

Elle ne connaissait pas les circonstances de cette séparation, elle était loin d’en savoir assez pour se faire une idée et ne voulait pas partir avec des préjugés, après tout le type pouvait avoir déconné, mais si elle avait su ne serait-ce que la moitié de l’histoire elle aurait traité Samantha de grosse salope, et déjà, elle trouvait carrément dégelasse de quitter un homme alors qu’il était enfermé, et encore plus de l’empêcher de voir sa fille, car c’est ce que la belle en conclut. Mais malgré le ton de Duncan qui voulait clairement passer sur le sujet, elle insista, videment avec une idée derrière la tête.

« Elle est en ville ? Elle s’appelle comment ? »

La brune fixait à présent la côte de bœuf qu’elle venait de mettre sur le feu en attendant la réponse. En réalité, Duncan ne lui avait pas demandé de s’occuper de la fête, il en avait seulement parlé, du coup, Kim qui était parfois un peu à l’ouest n’avait pas fait le rapprochement. Seulement elle avait déjà une idée en tête sur ce qu’elle pourrait faire pour Mad Dog et du coup la question se posait d’elle-même.

« Je peux participer à l’organisation ? »

Ben oui, après tout elle n’était même pas encore l’officielle du président, sans compter qu’elle ne voulait pas trop immiscer dans les affaires du club et que pour le moment elle ne savait pas encore trop où situer la limite de ce qu’elle pouvait faire et dire ou pas. Même si le club était aussi son monde, c’était avant tout un monde d’homme et rendre le sien heureux suffisait à ses yeux, s’il désirait l’intégrer à la vie de Samcro, il devait le lui signifier car elle n’irait pas squatter au club d’elle-même, bien qu’il lui paressait évident que si Duncan avait besoin qu’elle fasse quelque chose pour les Sons, il lui suffisait de demander sachant parfaitement qu’il ne la mettrait pas en danger sans prendre les précautions nécessaires et qu’il ne lui demanderait pas de faire quelque chose qu’elle pourrait refuser, en ça elle lui faisait entièrement confiance, même si elle ne lui avait pas expliqué ce qui la gênait, il devait s’en douter !

Elle retourna la côte de bœuf pendant que Duncan s’approchait. Ce qu’il dit ensuite la mit dans un état étrange, une grande surprise mêlée à la joie et une pincée de peur de ne pas être à la hauteur. Elle le regarda un instant comme s’il venait de lui dire que les martiens avaient débarqué à Charming, puis elle se reprit et sourit avant d’éteindre tous les feux et de l’embrasser tendrement en se hissant sur al pointe des pieds. Elle le fixa une seconde avec un grand sourire, ces yeux brillaient. Elle mit ensuite la viande saignante et fumante et les patates dans l’assiette qu’elle avait préparé, la plaça sur la table et invita son homme à venir s’asseoir avec un petit sourire malicieux.

« Bon appétit bébé ! Tu veux du poivre ? Du sel ? »

Sans rien dire à propos de ce qu’il venait de lui annoncer, elle remonta dans la chambre et descendit quelques instants plus tard et posa les clés de sa maison sur la table où Duncan mangeait. En effet, cette annonce lui avait rappelé ce qu’elle voulait faire avant de descendre à savoir officialiser elle aussi à sa manière sa relation avec lui.

« Pareil »

Dit-elle sur un ton amusé avant de s’asseoir à côté de lui et de le fixer avec des yeux brillants d’amour et un léger sourire, la tête posée sur une main.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: [X] I need you like a breath [Kim]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[X] I need you like a breath [Kim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sons Of Anarchy RPG :: 
CITY OFF BLOOD
 :: Dyna Defender Lane :: Duncan's
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit