Partagez | 
 

 You've crossed the line... Where you can't come back from [Tig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Duncan McGee
The Chosen One
avatar

Messages : 276
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 37
Emploi : Président de MC



Anarchy On Me
Titre: Président de Sam Cro
Distinctive:
Tatoo:


MessageSujet: You've crossed the line... Where you can't come back from [Tig]   Ven 8 Oct - 13:52

« Clac! ». Le bruit du marteau frappé par Duncan levant la réunion des membres dans la Chapelle pouvait cette fois-ci bien être assimilé à celui d'un juge. Cette séance en appelait une autre... Personnelle. Le président attendait que ces hommes quittent la pièce, Bobby, Juice, Chibs, Opie et... Jax pour s'entretenir en privé avec son sergent d'armes. Les regards qu'il avait bien pu lui adresser pendant la discussion concernant une livraison d'armes aux ritals parlaient déjà d'eux-même et annonçait que ça allait chier pour son cul de psychopathe définitivement finit après la merde qu'il venait de foutre. Tig venait de buter deux gamins niners, à peine entrés dans l'adolescence. Première erreur. Le bordel que ça allait mettre dans leur business avec Laroy était une chose, mais assassiner deux gamins en était une autre... Tig lui avait annoncé la bombe juste avant cette réunion et bien sûr, Duncan n'en avait rien dit aux restes des membres. Pas besoin que ça s'ébruite et que ça ne mette son bras droit un peu plus en défaut avec les autres. Il allait déjà suffisamment s'en prendre plein la gueule avec lui. Seuls lui et Jax étaient au courant. Jax... Seconde erreur. Mais il y reviendrait...

Il y a vraiment des trucs qu'il ne comprendrait jamais chez ce mec. Pourtant il l'adorait. C'était son frère et dieu sait que Duncan pouvait aller au charbon pour lui. Mais ça... Ça, non... Le président lui confiait toutes les tâches de confiance ou les plus délicates justement parce qu'il était le seul qui avait suffisamment de manque de conscience pour ne pas s'arrêter même lorsque les flammes de l'enfer s'abattaient sur lui. Mais là, il ne passerait pas sur ce dérapage... Tig avait franchit une ligne d'où il ne pouvait pas revenir. Plus qu'une histoire de business terminé si Laroy venait à apprendre que le flingue qui avait tué ces gamins soldats était tenu par Sam Cro, son homologue d'Oakland allait lancer tous ces putains de gangstas dans les rues de Charming et mettre la ville en pièce pour se venger. Et puis merde des gosses quoi! Quel genre d'homme pouvait buter des gosses?! Bref, pour l'instant, ils n'en étaient pas là... Laroy ne savait pas et il ne devrait jamais savoir... Duncan allait gérer ça avec lui, et en faisant avec Jax. Comme si il n'avait pas assez foutu la merde, il avait fallu qu'il mette le blondinet peace and love au parfum! Mais quel con!

Le président attendit patiemment à sa place que la pièce se vide. Jax sortit en dernier, lui adressant un dernier regard qui confirmait qu'il savait tout et en disait long sur cette histoire puis referma la porte de la chapelle pour laisser les deux hommes entre eux. Le silence plongé dans la chapelle était lourd, pesant... Le genre de putain de silence et de calme qui annonce une tempête à venir... La fumée du cigare allumé de Duncan ressemblait plus à de la poudre prête à exploser et ces yeux orageux à lâcher des foudres sur son frère assis à sa droite. Stoïque et de marbre... Froid comme un iceberg massif à l'extérieur, et bouillant intérieurement de pulsions de rage, le président resta immobile et silencieux jusqu'à sentir Tig bouger à peine un cil, entrouvrir à peine les lèvres comme si il voulait briser ce silence et cette tension installé mais ne lui en laissa pas le temps. D'un geste aussi soudain que brutal il frappa son poing sur la table résonnant de manière sourde avant de se pincer nerveusement les lèvres, finalement cachées par sa main fermée qu'il vint porter devant sa bouche.

Putain oui il avait envie de lui dérouiller la gueule, mais ça n'avancerait à rien. De plus, si il avait fait sortit les membres pour conserver le secret et la discrétion de cette affaire, ce n'était pas pour les rameuter par son vacarme. Non, il devait trouver une solution, et il n'y avait que ça à faire. Car Duncan n'allait n'allait pas le lâcher, non. Il n'allait pas organiser un vote pour le bannir du MC ou le détruire avec ces propres pouvoirs. Tig restait son pote, son ami le plus proche et un frère Son qu'il aimait profondément. Même après cette merde. Il n'allait pas le lâcher. Si il devait déclencher une guerre avec les Niners ou avec l'armée américaine en personne, il le ferait pour lui. Pour autant, il n'allait certainement pas lui dire et lui traduire son soutien. Pas question. Il avait fait LA connerie à ne pas faire et allait devoir assumer les conséquences de celle-ci. Duncan l'avait empêcher de prendre la parole et de briser ce silence en cognant sur la table qui en vibrait toujours. Il ne voulait pas l'entendre, pas avant ce qu'il avait à lui dire.

Il déposa son cigare encore allumé sur un bord du cendrier et se pencha sur la table, appuyé sur ces avant-bras les poings fermés et crispés pour soutenir son regard noir et poudreux. Ces lèvres pincées finirent par se détendre mais laissèrent place à un autre tic et la balade nerveuse de sa langue autour de ces gencives qui annonçait généralement un déferlement de violence physique que Duncan contenait jusque là. Est-ce qu'il avait la moindre petite idée de la merde dans laquelle il venait de faire plonger le club? La moindre petite?!

« Deux Niners... Des gamins... Putain, mais c'est quoi ton problème? ... » lui glissa-t-il doucement sur un timbre pestant une intensité dévorante contenue et maitrisée tant bien que mal, le fusillant du regard avec cette même colère pulsionnelle.

Duncan soupira, évacuant un maximum de tension en lui avant de détendre ces poings fermés sur la table pour se redresser lentement au fond de son siège et reprendre son cigare. Question conne. Personne ne savait ce qu'était le problème de Tig, ce n'était pas d'aujourd'hui. Pour ça, il faudrait l'envoyer en psychiatrie et avoir le diagnostic d'un spécialiste qui pourrait passer plus d'une heure avec ce même sans se faire enfoncer les dents dans la gorge par le sergent d'armes. Chose également impossible. Bref! Rien à foutre de son état psychotique. Les Sons n'avaient pas de blouson en cuir camisole de force et de toute façon ce n'aurait pas été une avancée parce que malgré tout, ce con pouvait être utile. Portant son cigare pour en prendre une bonne bouffée, le président laissa sa tête se balancer doucement sur le côté pour se demander quoi faire de lui et du pétrin dans lequel il les avait mis avant de reporter son regard fumant sur lui et reprendre

« Et putain mais qu'est-ce que tu foutais à Oakland bordel de merde? Tu voulais te faire une pute black? Laisse moi deviner... T'étais en train de niquer trop fort l'une des mères des deux gamins pendant qu'ils jouaient aux jeux vidéos dans le salon? Ou les deux? Raaaaaaah laisse tomber je veux pas savoir! »

Rien à foutre du pourquoi ou du comment. Ces deux gamins étaient morts. Et Tig pouvait bien lui sortir qu'ils étaient déguisés en poupées et qu'ils l'avaient fait flipper que ça n'arrangerait rien. Laroy ne voudrait rien entendre non plus si il l'apprenait et lancerait ces troupes pourpres à Charming aveuglement. Bref, les choses étaient là et ils ne pouvaient pas revenir en arrière, alors Duncan n'allait pas non plus rester des heures à débattre avec son psychopathe de frère. Il fallait anticiper à court et long terme et agir en conséquence de ce qui avait été fait. Lui. Pas Tig. Il avait gagné le droit de rester sur la touche et de réparer des bécanes au garage toute la journée jusqu'à ce que cette affaire soit définitivement réglée. Pour ne pas causer plus de dégâts qu'il n'en avait déjà fait oui, mais surtout pour le protéger. Duncan allait y venir mais il avait avant cela plusieurs autres choses à mettre au point avec lui.

« Je ne suis pas Clay... » reprit-il doucement en le pointant du doigt, prenant soin d'articuler consciencieusement chacun de ces mots avant de se pencher à nouveau sur la table pour capter d'avantage son attention et soutenir son regard. « J'en ai rien à foutre de ce que tu pouvais bien faire avec lui de son temps, et de ce qu'il permettait... Ce genre de conneries... Comme celle d'Opie... Donna... C'est la première... et la dernière... Ça n'arrivera plus à ce club. J'espère que maintenant c'est clair...  »

Duncan avait été le disciple de Clay oui, mais il y a des choses qu'il ne permettrait pas dans sa continuité. En l'occurrence, le meurtre de gamins ou ce genre de délire de psychopathe, c'était terminé. Définitivement. Le président allait s'impliquer plonger dans sa propre merde pour réparer sa connerie et le couvrir, et il savait déjà qu'il pourrait passer dessus et oublier avec le temps si ça venait à s'arranger. Cela ne remettrait pas en cause la place de Tig au sein du club, pas plus que leur amitié et sa confiance. Pas à long terme. Mais si il venait à nuire encore aux Sons, aussi mal que ça lui ferait, Duncan se chargerait lui-même de lui mettre deux balles dans la nuque. Le MC passait avant tout. C'était son enfant. Et le mettre dans une telle merde, il ne l'accepterait ni de Tig, ni de personne d'autre.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Trager

avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 05/10/2010
Age : 28
Emploi : T'as pas envie de savoir.




MessageSujet: Re: You've crossed the line... Where you can't come back from [Tig]   Dim 10 Oct - 10:06

Fumer, sourire, parler de temps en temps, faire semblant que tous baigne, alors que, rien ne baigne. Logique n'est-ce pas ? Quand on est comme moi, oui, c'est tout à fait logique. J'ai merdé. J'ai culpabilisé de ma connerie de l'autre jour, mais, en fait, j'ai déjà oublié. Oui tout à fait. J'ai failli me foutre en l'air, j'étais complètement beurré, je ne savais plus ce que je faisais, ça arrive, mais le lendemain matin, pfiou envolé les mauvaises idées. J'avais même oublié ce que j'avais fait la veille. Oui, alors, ça c'est-ce que je parais de l'extérieur. Mais en fait ce n'est pas si simple. Je reste de marbre, je ne parle à peine, je me fais tout petit tentant de survivre au regard assassin de Duncan et de Jax dès que je tente d'ouvrir la gueule et d'articuler un seul mot. Les « ta gueule Tig », j'ai j'habitude. Mais normalement on me laisse parler. Mais là, non, je préfère faire profil bas de toute manière. Tout en tentant de faire semblant que tout est normal alors, que je viens limite de déclencher une guerre nucléaire entre les Niners et nous-mêmes. Bien joué Tig, t'es le roi des connards. J'attends gentiment la fin de la réunion, appréhendant un peu la réaction de Dunc'. Je me dis que ce soir je n'ai plus de familles, plus rien, à cause de cette connerie. Que non pour une fois je ne fais pas le malin. Pas du tout. Je m'écrase limite dans ma chaise, fumant clope sur clope, passant d'un Sons à un autre avec mon sourire de con. « Clac ! » Ca, c'est le bruit du marteau qui annonce la fin de la réunion et ma mort. Je soupire un peu quand je vois tous mes frères Sons sortir de la chapelle. Je ne les regarde même pas, me contentant de tirer sur ma clope. Jax sort bien évidemment en dernier. A ce demander s'il ne voulait pas rester pour me voir crever sur place le con. Je sais qu'il en rêve d'envie. Peu importe, on s'en branle.

Un long silence s'abat sur notre chapelle. J'aimerais l'ouvrir, lui balancer tout ce que j'ai en tête, mais je sens que ce n'est pas le moment. Mais alors, pas du tout. Je fais tourner mon paquet de clope entre mes doigts, soupire un coup. Il a dû croire que je voulais parler. J'aimerais sursauter quand il frappe son poings sur la table, mais il sait qu'il en faut un peu plus pour m'impressionner. Je me sens con au fond. Mais ce qui est fait, est fait. Je ne peux pas revenir en arrière. Je n'ai rien à lui dire, il sait déjà tous. Sauf le pourquoi du comment je m'amuse à aller me biturer la gueule dans ce coin-là. Il le saura un jour, le moment ou, j'annoncerais enfin que père Tig est plein de remords mais qu'il préfère le cacher pour son petit égos démesuré. Je me passe une main dans les cheveux, me forçant à ne pas ouvrir ma gueule. Attendant que ce soit lui qui le fasse. Je le sens très en colère, c'est normal, j'assume le fait d'avoir fait une connerie et de devoir en payer les conséquences. Mais au fond, je sais que je l'ai déçus et ça, ça me fait chier. Il parle enfin, me rappelant mon crime, comme pour me mettre en tête que je viens de buter deux gosses. Je ne dis rien. Je n'ai rien à lui dire. Mon problème ? Justement, j'aimerais savoir ce qu'il ne tourne pas rond chez moi, mais j'en ai strictement aucune idée. Pourquoi je répondrais ? J'en sais rien. Silence. Encore. En fait j'en aurais des tas de choses à lui répondre. Je pourrais lui dévoiler mon sac, au fond, j'ai failli le faire avec Jax. Mais non, comme toujours je ferme ma gueule. Je tire sur ma clope, encore et lui continue son discoure.

Clay, j'aurais dû m'y attendre à celle-là. Je sais bien qu'il n'est pas Clay et putain que je regrette son époque ce n'est pas une nouvelle. Clay m'aurait sans doute fracassé la gueule et renier à vie pour une telle erreur. Quoi que. Sinon, il serait passé dessus et en aurait même ri, mais ce n'est pas le problème. Ce n'est pas la situation d'aujourd'hui. Qu'il parle de Clay OK, mais qu'il ne parle pas de Donna. Pour le coup il n'a rien compris et encore moins à ce que je peux ressentir, merde. Il n'est pas obligé de remettre ça sur le tapis. J'ai payé et putain je trinque encore pour cette connerie, alors, non merci, qu'il ne vienne pas me faire le coup du « mais putain réagis » car là ça ne passera pas. Je peux me sentir bouillir à l'intérieur, je n'ai qu'une envie, lui foutre un bon coup dans sa gueule car pour le coup il ne comprend rien. Mais non. Je fais mine de rien. Je le regarde quand il parle, détourne le regard quand il se tait. Le coude sur la table, le regard rivé sur le mur d'en face, fumant, tranquillement comme si l'on parlait de savoir ce que l'on allait bouffer le soir même. Je n'ai pas à me justifier sur ce que j'ai fait. Il le sait, je lui ai tout dit, pourquoi en rajouter une couche ? Je n'ai même pas envie d'en parler, je préfère fermer ma gueule et attendre gentiment la sanction, chose que je sais si bien faire. Moi, je fais les conneries et j'attends qu'on me punisse. Je ne cache jamais ce que je fais. Je sais ce qui est bien et mal. Et là, j'ai merdé, putain, ça arrive, on ne va pas non plus en chier une pendule. Il n'a qu'a me retirer des missions pour X temps et basta. Je récurerais les chieutes s'il le faut. Mais qu'il ne vienne pas me rabâcher mon putain de passer pour je ne sais quelle raison. Merde ! Inconsciemment je ferme le poings, lâchant mon paquet de clope. Recrachant un nuage de fumée je me décide enfin à rompre ce silence. Le regard toujours viré sur le mur, mon visage, de marbre, inexpressifs. Ma voix on ne peut plus clame.

« Qu'est-ce que tu veux que je te dise Duncan ? Ce qui est fait, est fait. Merde ne parles pas de choses que tu ne comprends pas. J'ai tiré. J'ai fait une connerie. Soit. Et alors, on en fait tous n'est-ce pas. Tu veux savoir ce que je foutais là-bas ? On s'en branle. Et moi le premier. »

J'écrase mon mégot dans le cendrier et commence à reculer ma chaise pour partir. Je n'ai pas envie de parler. Il est mon meilleur pote putain. Qu'il ouvre les yeux merde au lieu de venir me faire la moral. Pour le coup j'ai bien envie de lui balancer un « vas te faire foutre. » Mais non, je ne dis rien. Je me contente de me relever en sachant pertinemment que la conversation n'est pas finie et loin de là même. Mais non, je n'ai pas envie de parler. Pas de ça. C'est fait ça ne sert à rien de ressasser le passer sans arrêt. Et puis je m'en fous. Au fond, c'étaient des gosses, certes, mais alors ? Combien de gosses sont tués par jour ? On ne les compte plus. Je suis debout, mais je reste quand même là. Je me passe encore une main dans les cheveux, signe que non, au final je cogite quand même vachement. Les cicatrices de ma chute ne sont pas encore cicatrisées, encore moins celle que je me suis auto-affligé en faisant cette connerie. Il ne comprend pas, mais au final, moi non plus je ne me comprends pas. Pourtant, j'aimerais, ce n'est pas faute d'avoir essayé. Mais je crois que c'est plus fort que moi. La moindre petite contrariassions et je tire, sans réfléchir. Je bute pour un oui ou un non et le pire, ça ne me dérange pas le moins du monde. Et le pire, c'est que tout le monde me critique, mais au fond, tout le monde se marre de ce que je fais. Ca les fait rire. On m'appelle le psycho en étant mort de rire, on continue de me demander de faire le boulot dégueulasse. Je devrais faire quoi ? Leur dire non, faire des grands gestes, porter une pancarte avec les inscriptions « I'm not OK ». No thank's. Je me pince les lèvres pour ne pas crier, je sers les poings pour ne pas m'emporter. Faire semblant, voilà ce que je fais le mieux en ce moment. Et bien elle est belle la vie. Je finis par retirer ma chaise violemment, m'asseyant bien près de Duncan. Je ne le regarde même pas. Les mains jointes, le regard dans le vide, encore, je me cache.

«  Et tu comptes faire quoi ? I mean, pour moi… »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~ La vie, ça va, ça vient, la tienne s'arrête là connard.~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duncan McGee
The Chosen One
avatar

Messages : 276
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 37
Emploi : Président de MC



Anarchy On Me
Titre: Président de Sam Cro
Distinctive:
Tatoo:


MessageSujet: Re: You've crossed the line... Where you can't come back from [Tig]   Mar 12 Oct - 14:46

Tig n'était vraiment pas croyable... Il en avait rien à foutre et considérait ce qui s'était passé presque comme « normal ». Il aurait pu être désolé d'avoir tué deux gamins... Il aurait pu être désolé d'avoir foutu le club dans la merde... Mais non... Ce type n'en avait tout bonnement rien à foutre du MC. Qu'il ne ressente aucun ressentiment d'avoir retiré la vie à deux mômes était une chose... Un deal personnel entre lui et sa propre conscience. Mais qu'il s'en cogne des conséquences et des problèmes que ça allait apporter aux Sons en était une autre... Et là en l'occurrence ça concernait Duncan. Non, tout le monde ne faisait pas ce genre de conneries... Non, tout le monde ne tuait pas des gamins... Et NON, tout le monde ne foutait pas le club dans ce genre de difficultés comme lui. Il n'y avait que Tig qui faisait ça. Jax, Chibs, Juice, Opie... Aucun de ces gars n'ont jamais déconné à ce point et quand bien même ça les aurait flingué de faire ça au MC. Tig, lui? Rien à foutre. Nonchallant au possible. Ce qui était fait était fait et maintenant ce n'était presque plus son problème, il se lavait les mains de ce que ça impliquait pour les Sons et pour ces frères qui allaient le couvrir au risque de leur vie et de leur liberté.

Mais non, ça non plus ça ne semblait pas avoir traversé son esprit une seule seconde. Pas de remords, pas de regret et pas de reconnaissance sur ce que ça allait impliquer pour ces potes et Duncan le premier. Le président ne l'aurait jamais fais chier plus loin que cette connerie et ce double meurtre de gamins en tant que tel, mais il pourrait lui botter les fesses en dehors du MC rien que pour sa réaction désimpliquée et suggérant qu'il se fichait éperdument du tord qu'il lui causait. T'en as rien à foutre du club? Ben casses-toi mon gars... Mais non, la nature de Duncan préférait mettre ça sur le compte du choc, en espérant qu'il puisse exister dans sa psychologie de taré et qu'il avait vraiment des regrets, pas encore réalisés... Pour autant, il le surveillerait de près. Il serait à l'affut de ces réactions et mettrait peut-être même son implication et sa loyauté envers Sam Cro à l'épreuve. Pas le choix après ce qu'il venait de lui dire et le triste constat qu'il n'avait aucun voeu de pardon et de rattrapage.

Encore heureux que Duncan ait pris le soin de tenir cette discussion en privé et qu'il connaissait bien son ami, parce qu'il n'aurait vraiment été pas bon pour Tig que les autres voient ce jemenfoutisme en plus du choc et de la contrariété des faits. Il jouait même sa divas effarouchée et vexé de se faire reprocher ça. En plus d'avoir mis le MC dans la merde et de n'en avoir strictement rien à cirer, il voulait se payer le luxe d'être contrarié par des reproches. Putain mais ce gars ne pensait vraiment qu'à sa gueule... Comme si il ne s'agissait que de lui là, et que ce n'était pas Duncan et Jax qui allaient se mouiller en personne pour protéger son putain de cul d'égoïste avec le club... Tig n'en avait peut-être rien à foutre, mais pas lui. Et certainement pas Jax, encore moins. Sidéré par ces mots et cette réaction à laquelle il n'aurait jamais cru, le président garda ces dernières bribes de patience et de volontés, peut-être illusoire, de croire qu'il ne pensait pas tout ça et qu'un jour ou l'autre il viendrait s'excuser au club pour tout ça et à lui personnellement lorsqu'il aurait arranger cette histoire.

« Non... On ne fait pas tous ce genres de conneries Tig... Tout le monde ne tue pas des gamins... Tout le monde ne met pas le club dans de tels problèmes... Et bordel de merde, non... Tout le monde n'en a pas rien à foutre... Tu te branles du club et des conséquences? Parfait. »

Duncan en avait terminé avec lui. A partir du moment où il avait craché sur le club, il n'y avait rien d'autre à rajouter. Si il voulait ne devoir de comptes à personnes, il n'avait qu'à se faire Nomad. Si il se fichait du club, il n'avait pas se reconvertir pompiste, rien à foutre mais là Duncan ne pouvait pas tolérer un mec qui la jouait solo et mercenaire. Sam Cro était une famille. Chacun de ces membres pouvait être capable de se prendre une balle pour son frère, et Duncan lui le premier l'aurait fait pour Tig. Pas simplement parce que c'était l'un de ces hommes mais parce que c'était son meilleur pote. Du moins il le pensait jusque là.... Une fois de plus, il devait au moins essayer de mettre ça sur le compte du choc et passer outre sa colère et sa rage même de voir ce désengagement envers sa famille, ces frères, ce club et lui-même. Duncan écrasa son cigare dans le cendrier et recracha doucement sa fumée sans le quitter des yeux, essayant de lire et de trouver ce qu'il attendait et ce qu'il espérait: Un retour. Une implication. Une preuve d'amour pour le club, d'amitié pour lui, la moindre petite considération pour cette famille, n'importe quoi...

Qu'il tire, qu'il fasse des conneries, des trucs hards OK... Ça faisait partit du personnage et Duncan passait dessus pour tout ce qu'il rendait aux Sons derrière jusque là. Mais qu'il se fiche de lui et de tous ces gars à l'extérieur derrière la porte qui demain, tout à l'heure, pourrait flirter avec des balles de Niners pour lui... Ça, non... Et lorsque Tig se rassit pour lui demander ce qu'il allait faire de lui, Duncan fronça les sourcils... Preuve qu'il déraillait vraiment. Voilà qu'il pouvait reporter son manque de loyauté et de considération pour Sam Cro et pour leur amitié sur lui. Non, le président n'était pas comme lui. Pas tant qu'il avait toujours la certitude et la foi en ce qu'il faisait et en ceux qui l'entouraient. En l'occurrence, il préférait laisser un peu de temps et le bénéfice du doute à son meilleur ami, même emplis de doutes et de questions sur lui.

« Et qu'est-ce que tu veux que je fasses hein? J'en ai pas rien à foutre moi... T'es mon frère. T'es mon pote bordel. Le club est dans la merde. Ça veut dire quelque chose pour moi. Je vais te couvrir et nettoyer tout ce chantier, avec Jax... On va faire ce qu'il faut pour... »

Est-ce qu'il le ferait pour lui et le club ou simplement pour Sam Cro? C'était à Tig de lui donner cette réponse. Si il continuait à n'en avoir rien à foutre et les laissait se démener pour SA connerie sans y voir quoi que ce soit, alors Duncan et Jax feraient ça pour les Sons, et s'occuperaient de son cas personnel ensuite. En espérant que d'ici que cette merde s'arrange, il retrouve ces esprits et soit au moins capable de dire qu'il était désolé, au minimum pour le club, et les remercierait. D'ici là?

« Laroy ne sait pas et ne doit pas savoir. Les autres non plus. Ça reste entre toi, moi et Jax... Et je me serais bien passé de monsieur pacifiste dans l'équation... T'as aussi eu une grande idée sur ce coup là de l'appeler lui à la rescousse... Pourtant tu le connais Tig, et tu sais ces idées sur ce genre de débordement de violence. T'aurais dû m'appeler moi, Chibs, Opie... N'importe qui sauf lui... Parce que maintenant c'est pas toi qu'il va faire chier, c'est moi... C'est mes décisions qu'il va discuter en remettant ta connerie sur le tapis à chaque fois comme preuve que la violence est mauvaise pour Sam Cro, tu peux en être sûr... »

Et oui.. Une autre conséquence de cette histoire merdique sur tous les plans. A croire que Tig regrettait l'époque où Clay et Jax se frittaient tous le temps sur leur décision. Duncan était sûr que ce dérapage allaient donné à son vice-président une boulevard d'arguments et de légitimité pour essayer toujours de faire les choses autrement et sans risque, au mépris du business. Bref, ça il le gèrerait avec lui aussi en temps voulu. Pour répondre à sa question plus précisément? En dehors du fait qu'il allait le couvrir et essayer de le sortir lui et tous les autres indemnes de cette histoire?

« Les gars vont se poser des questions si je te met à l'écart... Donc tu fais comme d'habitude et surtout... Surtout... Tu ne me fais pas regretter ma confiance... Seule chose, tu ne vas plus aux deals avec les Niners et tu met plus les pieds à Oakland... Jusqu'à ce que les autorités concluent sur le meurtre de ces deux gamins par un Mayan, un raciste ou n'importe qui d'autre que toi et Sam Cro... »

Le protéger oui. En attendant plus d'éclaircissement sur lui. Faire croire à un crime racial ou une guerre de gangs locale, c'est la première idée qui était venue à l'idée de Duncan. Il verrait ça avec Jax de toute façon et ne lui parlerait pas de leur petite discussion et de ce qu'il avait vu chez Tig il y a quelques instants. Pas la peine de jeter de l'huile sur le feu déjà embrasé. Il fallait sortir les extincteurs maintenant.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: You've crossed the line... Where you can't come back from [Tig]   

Revenir en haut Aller en bas
 

You've crossed the line... Where you can't come back from [Tig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sons Of Anarchy RPG :: ANARCHIVES :: You ain't comin' back-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit